4 français sur 5 seraient favorables à la dématérialisation des bulletins de paie !

30 Juin 2017
Fanny NAMAND
dematerialisation bulletin de paie pepperbay ifop

D'après un sondage Ifop pour Neopost France, les français se montrent prêts à passer au bulletin de paie dématérialisé. Alors qu’aujourd’hui, seul un français sur dix le reçoit de façon dématérialisée !

 

Et pourtant, certains signes montrent qu’il est temps de sécuriser la remise et l’archivage des bulletins de paie… En effet, sur les interrogés :

1/4 dit ne pas être sûr de disposer de tous ses bulletins de paie.

26% pensent en avoir perdus au cours de leur carrière.

80% estiment qu'il est important de disposer d'un mode d'archivage alternatif en cas de sinistre.

 

 

Les personnes favorables à la dématérialisation y voient de nombreux avantages :

La sécurisation de l’archivage des bulletins de paie pour 57%
Le fait de pouvoir retrouver facilement ces documents pour 50%
L’accès à distance pour 41%
La rapidité de réception pour 27%
La facilité de transmission des documents à un tiers pour 16%

 

Pour les sceptiques qui représentent 21% des interrogés, les risques sont encore nombreux, et pour 46% d’entre eux, il existe un réel manque de confiance dans les solutions de coffre-fort électronique.

Et comme souvent, il y a une véritable réticence au changement, si bien que 45% d'entre eux préfèrent continuer à classer leurs bulletins de paie en version papier.

 

Pour rappel, depuis le 1er janvier 2017, la loi El Khomri vous permet de mettre en place la dématérialisation des bulletins de paie sans recueillir l’accord de vos salariés. Ainsi, si vous souhaitez franchir le cap, sachez rassurer vos collaborateurs sur les questions de sécurité des données, et faîtes appel à Pepperbay pour installer chez vous la solution Pagga de Lucca, c’est simple, rapide et évidemment sécurisé !

 

Si vous avez envie d’en savoir plus, n'hésitez pas à demander une démo gratuite ou des conseils au 02 51 79 08 27 ou via le formulaire ci-dessous, nous nous ferons un plaisir de vous répondre.

 

Source : Le Figaro

Retour

Contactez-nous
 

* Tous les champs sont obligatoires